ͼ

À PROPOS

Bienvenue à l’Université Saint-Paul !

Accueil > À propos
Une université humaine

Reconnaissance territoriale

Miigwetc sa kidinim oma kabihek, Saint Paul kikinamadimigwam Anishnabe akikak ka padigisik

Niwi tibadjimanan sa Anishnabek e kitenimak e kipiodamwact Akini acitc nibini

Anishnabe mega omigwam Ottawa, mi oma eji nickidadiotc kidji madinimagiotc obimadizinawa

Pekadendomwinkak acitc minadjidiwinkak kigeji mino tajikemin kakina edinizik oma Anishnabe otaki

Nous voulons remercier tous ceux qui sont présents et reconnaître que l’Université Saint-Paul est située sur le territoire traditionnel non cédé de la Nation Anishinabek-Algonquin.

Nous aimerions honorer les Anishinabek qui sont les gardiens des terres et des eaux du Kitchi Sibi (Vallée de la rivière des Outaouais) depuis des temps immémoriaux.

Nous reconnaissons que le site de la ville d’Ottawa sert de foyer aux Anishinabek, de lieu de cérémonies spirituelles, de rassemblements culturels et d’échanges entre les peuples autochtones de l’Île de la tortue.

Aujourd’hui, cet esprit de paix et d’amitié est le fondement des relations entre les peuples autochtones et non autochtones, de partout dans le monde.

Une université humaine

Collège fondateur

Située au cœur de la capitale nationale, l’Université Saint-Paul (1848) est le collège fondateur de l’Université d’Ottawa, avec laquelle elle a conservé un lien de fédération depuis 1965. Bilingue, elle offre des programmes d’études de premier cycle et études supérieures.

Fière de son riche héritage, l’Université Saint-Paul s’est transformée au fil des ans pour devenir une université où l’être humain sous toutes ses facettes est au cœur des programmes. Cela se traduit à juste titre par les créneaux qui y sont maintenant bien installés : communications sociales, counselling et psychothérapie, éthique publique, études de conflits, innovation sociale, leadership écologie et équité, ainsi que relations humaines et spiritualité, qui s’ajoutent aux disciplines premières de notre établissement, soit le droit canonique, la philosophie et la théologie.

En plus de ses programmes d’études, l’Université Saint-Paul offre plusieurs services complémentaires, y compris du soutien et de l’encadrement favorisant la réussite scolaire et personnelle, des colloques, conférences et ateliers accueillant des personnes ressources aux qualités inestimables abordant les enjeux de société, une résidence étudiante et une bibliothèque riche en documentation et en livres touchant des domaines exclusifs.

L’USP se démarque par ses classes à dimension humaine, ses services personnalisés, la diversité de sa population étudiante qui apporte une vision internationale, sa solide réputation, son histoire et sa grande tradition intellectuelle catholique.

Saint-Paul

Historique de l’Université Saint-Paul

Historique USP

1848

Les origines de l’Université Saint-Paul remontent au 26 septembre 1848, date de la fondation du Collège de Bytown par Mgr Joseph-Eugène Guigues, o.m.i., qui en confia officiellement la direction aux Missionnaires Oblats de Marie Immaculée en 1856.

1861

Le Collège prit le nom de Collège d’Ottawa en 1861

1866

Le 15 août 1866, il fut élevé au rang d’institution universitaire par le gouvernement de l’Union.

1889

Par lettres apostoliques de Léon XIII, en date du 5 février 1889, le Collège d’Ottawa devint aussi une université de droit pontifical.

1933

Auparavant, la charte civile, elle-même refondue, avait reçu la sanction de la législation ontarienne le 18 avril 1933. C’est à compter de cette date que le nom officiel de l’institution fut « Université d’Ottawa ».

1934

Pour répondre aux exigences de la constitution apostolique Deus Scientiarum Dominus de Pie XI sur la réforme des études dans les universités catholiques, la direction de l’Université procéda à la refonte de la charte pontificale, qui fut approuvée par Rome le 15 novembre 1934.

1965

Durant les années qui suivirent la Seconde Guerre mondiale, les progrès de l’Université furent considérables. En 1965, elle comptait neuf facultés et quatre écoles. Cette année 1965 marqua la fin d’une étape et le commencement d’une nouvelle. En effet, le 1er juillet, en vertu d’une loi de la province d’Ontario et après de laborieuses négociations entre l’Université et le gouvernement, l’institution jusqu’alors désignée « Université d’Ottawa » prit le nom d’« Université Saint-Paul », tout en conservant les deux chartes, civile et canonique, qui la régissaient jusqu’à ce moment. En même temps, le gouvernement créa une nouvelle institution sous le nom d’« Université d’Ottawa », à laquelle l’Université Saint-Paul cédait la plus grande part de ses biens meubles et immeubles. Les deux universités devenaient un ensemble fédératif qui, par entente mutuelle, devait se partager les facultés.

1970

En plus de conférer ses propres grades, l’Université Saint-Paul se réserve le droit de présenter ses candidats au Sénat de l’Université d’Ottawa pour la collation conjointe (Université Saint-Paul — Université d’Ottawa) des certificats, des diplômes et des grades civils.

Les deux universités se considèrent comme complémentaires. L’Université Saint-Paul nomme huit membres au Bureau des gouverneurs de l’Université d’Ottawa. Le recteur de l’Université Saint-Paul est membre du Sénat de l’Université d’Ottawa et les facultés de l’Université Saint-Paul y sont représentées par leur doyen, leur secrétaire et un professeur élu par ses collègues. Il y a également échange de professeurs et reconnaissance réciproque de cours entre les deux établissements.

L’Université Saint-Paul, forte d’une longue tradition, a pleinement conscience de sa mission particulière et de ses possibilités. Sa situation géographique, son caractère bilingue, sa fédération avec l’Université d’Ottawa, son corps professoral compétent et diversifié sont autant de facteurs qui contribuent à la richesse de la formation universitaire et de la culture chrétienne qu’elle veut assurer.

L’Université Saint-Paul est une communauté de recherche et d’enseignement supérieur confiée à la congrégation des Missionnaires oblats de Marie-Immaculée.

Nous explorons librement le savoir selon la tradition intellectuelle catholique qui est ouverte à la conversation continue entre la foi, la raison et la culture.

Nous nous engageons à rechercher la vérité, à promouvoir la dignité humaine, la justice, la paix et l’intégrité de la création, ainsi qu’à mettre l’éducation au service des pauvres, dans le respect des valeurs oblates.

Bilingue et inclusif, nous favorisons la compréhension mutuelle entre les croyants de toutes les traditions et les non-croyants, ainsi qu’entre les cultures.

Nous nous démarquons par l’intégration de l’apprentissage et de la recherche à l’engagement social, ce qui permet d’offrir une expérience étudiante unique. Elle participe au dialogue sur les enjeux contemporains et est résolument tournée vers la justice sociale.

FONCTION PUBLIQUE FÉDÉRALE

INITIATIVE DES SOUS-MINISTRES CHAMPIONS DES RELATIONS UNIVERSITAIRES

 a été lancée en 2002 par l’École de la fonction publique du Canada (ÉFPC), dans le but de tisser des liens solides entre le secteur universitaire et la fonction publique. Les sous-ministres champions mènent divers projets avec leurs partenaires universitaires à travers le Canada :

  • nouer des relations entre le gouvernement du Canada et les universités afin de déterminer les priorités communes et d’y donner suite ensemble;
  • aligner la recherche et les cursus universitaires sur les priorités de la fonction publique fédérale, ainsi que favoriser et faciliter les discussions sur les politiques et les programmes publics;
  • faire connaître les possibilités de carrière au sein de la fonction publique fédérale et faciliter les activités de recrutement et de positionnement.

Pour plus de renseignements au sujet de l’Initiative des sous-ministres champions des relations universitaires, visitez le site Web de l’.

Arianne Reza,Sous-ministre déléguée

NOTRE CHAMPIONNE

Arianne Reza est devenue sous-ministre déléguée de Services publics et Approvisionnement Canada (SPAC) en août 2021.

Avant cette nomination, Arianne occupait les fonctions de haut fonctionnaire responsable des approvisionnements fédéraux. À ce titre, Arianne supervisait 1 400 employés d’un bout à l’autre du Canada achetant pour plus de 14 milliards de dollars de biens et de services chaque année pour le compte de plus de 100 ministères et organismes fédéraux. En réponse à la pandémie de COVID-19, Arianne a dirigé l’achat urgent de biens et de services essentiels pour assurer la santé et la sécurité des Canadiens, y compris les vaccins et l’équipement de protection individuelle.

Arianne a dirigé l’élaboration et la mise en oeuvre d’initiatives de modernisation de l’approvisionnement au sein du gouvernement du Canada, notamment une solution d’approvisionnement électronique infonuagique moderne. Au cours de son mandat, Arianne a également guidé la création du Centre de ressources sur l’approvisionnement accessible de SPAC, la mise en oeuvre de projets pilotes d’approvisionnement social, l’amélioration de la rapidité de paiement des fournisseurs (de 30 à 15 jours) et le lancement de la politique sur l’achat éthique de vêtements.

Arianne compte plus de 25 ans d’expérience dans la fonction publique fédérale. Tout au long de sa carrière, elle a occupé de nombreux postes intéressants. Arianne a déjà travaillé à l’Agence des services frontaliers du Canada, où elle a occupé des postes de haute direction dans les opérations régionales et internationales et supervisé les programmes frontaliers pour les voyageurs et les entreprises. Elle a également été conseillère spéciale auprès du secrétaire délégué du Conseil du Trésor et conseillère spéciale auprès du président de l’École de la fonction publique du Canada.

Arianne est titulaire d’un baccalauréat en psychologie de l’Université Carleton, et elle a suivi le programme sur l’avancement des femmes dans les postes de direction de la Sprott School of Business.

Arianne Reza

Télécharger notre Plan stratégique 2020-2025